LE BAGNE DE TOULON

La ville et son image

L'histoire de la ville de Toulon est la cause de sa mauvaise réputation. c'est une ville qui a connu un siège, le bagne, le sabordage, le  fascisme, la ville perdie même son nom .

Toulon est une ville qui réagit par l’excès, elle est différente des autres villes du pays. C’est une ville qui dénonce de manière fulgurante les problèmes, c’est pour cela qu’en 1995 la  ville passe a l’extrême droite. Elle se révolte mais en se justifiant.

 

En décembre 1793, après le siège de Toulon et sa reconquête par les armées révolutionnaires, elle fût débaptisé par la Convention Nationale qui stipulait "le nom infâme de Toulon est supprimé. Cette commune portera désormais le nom de Port-la-Montagne."

 

«Dans les années 1840, on cherche à se débarrasser des bagnes portuaires:

ils exercent une concurrence qui déplaît fortement à la société civile.

Car les bagnards travaillent à vil prix et, parfois, très bien.»

Extrait de l’Express par Marianne Payot «C’était le bagne» publié le 03.05.2004

 

Dans les Châtiments , du 12 decembre 1851, Victor Hugo écrira sur Toulon:

«Aujourd’hui c’est la ville où toute honte échoue,

Là, quiconque est abject, horrible et malfaisant,

Quiconque un jour plongea son honneur dans la boue

 

(...) Ville que l'infamie et la gloire ensemencent,

Où du forçat pensif le fer tond les cheveux,

O Toulon ! c'est par toi que les oncles commencent,

Et que finissent les neveux !

 

Va, maudit ! ce boulet que, dans des temps stoïques,

Le grand soldat, sur qui ton opprobre s'assied,

Mettait dans les canons de ses mains héroïques,

Tu le traîneras à ton pied ! »

 

 

Le bagne de Toulon fût le plus grand ainsi que le plus longtemps ouvert, de 1748 à 1873, il cesse d'exister avec la création des bagnes coloniaux. Ce lieu pouvait loger plus de 4 000 forçats. Selon les peines et competences, les bagnards pouvaient travailer au port, à l'arsenal ou dans la ville.

 

 

Deux siècles après la disparition du bagne sa présence agit inconsciemment. Peut on relier les differents evenements historiques qui ont plongé la réputation de Toulon dans l’échec pour essayer, tout en réactualisant son image, d’en inverser la charge mentale?

Inverser c’est valoriser. Valoriser la présence des bagnards en rendant visible et lisible leur passage dans la ville.

 

Comment peut on construire positivement un sentiment d'appartenance à Toulon qui a, par la présence des bagnards, pendant plus de deux siècles, associé la ville à une image de honte?

 

L’image du bagne est quelque chose de dure mais elle n’est pas forcement fondée. Les bagnards ont joué un rôle important dans la construction de la ville. De plus la majorité des bagnards n’étaient que des petits voleurs à la tire.

 

Grâce au service historique de la Défense de Toulon, nous avons pu relever les données inscrites dans les registres d'entrée du Bagne de la ville. À savoir, les noms et prénoms des condamnés, leur âge, taille, description physique, les crimes commis, la durée de la peine ainsi que l'année d'entrée. À partir de ces informations nous avons crée une relation entre ces écrits passés et des images actuelles de Toulonnais. Mélanger le passé et le présent pour interpeller sur l'idée préconcu des bagnards.

 

PROJET:

Création d'un évènement, in situ, pendant la journée du patrimoine. Utiliser la ville comme lieu d'interaction, de partage, pour permettre aux passants une confrontation directe et non préméditée avec l'hisroire de leur ville. A l'inverse d'une visite consciente et volontaire, dans des lieux dediés à la culture, nous voulons interpeller toute personne suspectible d'empreinter une ruelle, de regarder un mur, une façade. Nous voulons susciter le questionnement chez des passants non préparés aux informations auxquelles ils vont être confronter, pour être dans une démarche opposée à celle d'une visite dite "classique" d'une exposition. Le principe de cet affichage urbain c'est l'appropriation, s'approprier un projet, une vision, ouvrir à des adaptations personnelless. Montrer l'histoire d'une ville, son partimoine, mais de manière plus sauvage car le partrimoine d'une ville ne se limite pas à quelques lieux. Le passé d'une ville c'est la ville en elle même.

Tous les droits de propriété intellectuelle relatifs aux informations, images et pistes audio contenues sur ce site sont la propriété exclusive de TroisNotes avec tous droits réservés © 2017-2018